Cancer et sommeil
Il est fréquent pour les personnes atteintes d'un cancer de développer des troubles du sommeil. Ils peuvent être liés aux traitements, à la douleur, à l'anxiété et peuvent renforcer la fatigue et induire une moindre qualité de vie. Même si la problématique est bien connue des équipes médicales, différentes études scientifiques montrent la difficulté de les prendre en charge.

Plusieurs questions se posent : les troubles étaient-ils préexistant au cancer ? sont-ils de courte durée ou non ? Sont-ils banalisés et donc peu mis en avant par le patient lors des consultations ? Quels sont les facteurs qui ont un impact ?

Les différentes études concernant l'impact du cancer sur les troubles du sommeil montrent néanmoins que ces problèmes sont généralement antérieurs aux traitements. Il est donc nécessaire de faire une évaluation en comparant avec la qualité de sommeil avant le cancer. Ainsi, le traitement sera adapté au mieux.

Pour une meilleure prise en charge, les équipes médicales s'intéressent aux facteurs contributifs aux troubles du sommeil. Ces facteurs se présentent en trois catégories :
  • Les facteurs prédisposants : Ce sont des critères inhérents aux caractéristiques humaines (le genre, l'âge, les antécédents familiaux, etc.)
  • Les facteurs précipitants qui dépendent d'une situation particulière (hospitalisation, chimiothérapie, douleur, effets secondaires des traitements, etc.)
  • Les facteurs d'entretien qui poussent la personne subissant ces troubles à perpétuer une mauvaise hygiène du sommeil (levers réguliers, siestes, etc.)

Quelles solutions pour lutter efficacement contre ces troubles ?

Pour réduire les troubles du sommeil - ou les contrôler -, il est nécessaire de diagnostiquer la cause de ces troubles. Cela permet une meilleure prise en charge. Dans ce sens, il faut se tourner vers l'équipe médicale qui se chargera d'analyser le vécu et de proposer les meilleures ressources possibles.

Pour une aide maximale, un panel de disciplines existe auxquelles il est possible de faire appel :
  • La psychologie pour accompagner la démarche de soins des troubles du sommeil à chaque étape.
  • L'activité physique adaptée pour prévenir l'apparition ou l'aggravation de certains symptômes, augmenter l'autonomie et la qualité de vie des personnes, et leur permettre la reprise  d'une activité sociale.
  • La diététique pour retrouver plaisir avec les aliments et ainsi maintenir un certain poids de forme.
  • La kinésithérapie pour maintenir ses capacités motrices, sa respiration, lutter contre certains symptômes et plus globalement améliorer son bien-être.
  • L'ergothérapie pour adapter l'environnement aux problématiques de chacun.

La fatigue peut être asociée aux troubles du sommeil et contribbue à réduire la qualité de vie globale d'une personne. C'est pourquoi, il est important d'en parler le plus tôt possible avec son équipe médicale.
 
Ces articles CSV pourraient vous intéresser :
Publié le 22 août 2022 - Mis à jour le 26 septembre 2022
Articles sur le même sujet
Lire l'article
La maladie
ALD
Inscription
Newsletter
Retrouvez nos articles directement dans votre boîte mail
 
* Champs obligatoires